Une journée de Pleine Conscience ~ Thich Nhat Hahn

Nous sommes en novembre, et mine de rien, la fin de l’année est bientôt là (et surtout la fin du monde selon certains). Alors j’espère que vous avez fait tout ce que vous aviez à faire, sinon c’est mort (aha, trait d’humour spirituel!). Donc je me suis dit : pourquoi ne pas suggérer à mes lecteurs chéris une bonne résolution pour 2013 ? Je n’ai trouvé aucune réponse, alors voilà ce que j’ai à proposer : pourquoi ne pas s’inspirer de la journée de Pleine Conscience que nous suggère Thich Nhat Hahn (encore lui!) dans Le miracle de la pleine conscience (encore ce livre!). Vous ne voyez pas de quoi je parle, c’est normal ! Aussi, voici des extraits de ce chapitre afin de vous expliquer de quoi il en retourne !

Thich Nhat Hahn l’admet, mettre en pratique chaque jour la Pleine Conscience est loin d’être aisé. C’est pourquoi il suggère à ses nouveaux « disciples » une sorte de rituel à mettre progressivement en place : un jour par semaine sera une journée de totale Pleine Conscience. Thich Nhat Hahn le dit : « Sans elle, nous nous perdrions rapidement dans une vie inquiète et agitée, et nos réponses aux problèmes seraient de moins en moins appropriées. Quel que soit le jour choisi, considérons-le comme la journée de la Pleine Conscience ».

Voici donc l’essentiel de ses conseils afin de créer votre journée de Pleine Conscience.

<< Pour établir une journée de Pleine Conscience, trouvez un moyen de vous souvenir, dès le moment où vous ouvrez les yeux, que cette journée est votre journée de pratique. Par exemple, vous pouvez accrocher, au plafond ou au mur, une feuille de papier avec les mots Pleine Conscience, ou encore une pomme de pin – n’importe quoi qui vous rappelle au réveil : « Aujourd’hui, c’est mon jour ».

Alors que vous êtes encore allongé dans votre lit, commencez à suivre doucement votre respiration […] Puis, au lieu de vous lever d’un bond comme d’habitude, redressez-vous et sortez du lit de façon à ce que chacun de vos mouvements nourrisse votre attention. Ensuite, accomplissez vos gestes du matin […] d’une manière calme et détendue, attentif à chaque action. Suivez votre respiration, sans vous en écarter ni vous laisser disperser par vos pensées.

Chaque mouvement doit être fait calmement. Mesurez vos pas avec de longues et paisibles respirations. Maintenez votre demi-sourire.

Quelle que soit l’activité, faites-la doucement, tranquillement, en Pleine Conscience. N’accomplissez aucune activité avec l’idée de vous en débarrasser. […] Appréciez votre tâche, ne faites qu’un avec elle.

Pour les débutants dans la pratique, il est préférable de maintenir une atmosphère de silence tout au long de la journée. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne faille pas parler du tout. Vous pouvez parler, vous pouvez même chanter mais, si vous le faites, soyez totalement attentif à ce que vous dites ou chantez, et réduisez ces moments au minimum.

Vivez le moment présent. Seul cet instant présent est vie. Ne vous attachez pas au futur. Ne vous inquiétez pas de choses que vous avez à faire. Vous n’avez nul besoin de vous lever pour faire quoi que ce soit, nul besoin de penser à partir.

Une telle journée est cruciale. Son effet sur les autres jours de la semaine est incommensurable. Il y a dix ans, grâce à de telles journées de Pleine Conscience, thay Thanh Van et nos autres sœurs et frères de l’Ordre Tiep Hien (Ordre de l’Inter-Être) furent en mesure de surmonter des périodes très difficiles. […] Cette journée influencera les autres jours de la semaine, vous permettant progressivement de vivre toute la semaine en Pleine Conscience. >>

Alors ? Envie d’essayer ?

Leçons de pleine conscience ~ Jon Kabat Zinn

Aujourd’hui j’ai sélectionné quelques passages du livre Méditer, 108 leçons de pleine conscience de Jon Kabat-Zinn, un livre riche en enseignements spirituels. J’espère qu’ils vous inspireront ! Je publierai de nouveaux extraits si cet article vous plaît.

<< Plein coeur ~ Dans les langues asiatiques, un même terme désigne la conscience et le coeur. Aussi, quand on entend « pleine conscience », il faut aussi entendre intérieurement « plein coeur » si l’on veut saisir sa portée comme concept, et surtout comme façon d’être.

La meilleure façon de prendre soin du futur est de prendre soin du présent maintenant 

Chez soi ~ Être présent est loin d’être trivial. C’est peut-être le travail le plus dur du monde. Oubliez le « peut-être ». C’est vraiment le travail le plus dur du monde – du moins maintenir la présence.

Tout moment ~ Demeurer dans la conscience à tout moment implique de s’en remettre à tous ses sens, d’entrer en contact avec des paysages intérieur et extérieur formant un tout indivisible et donc avec toute la vie qui se déploie avec plénitude à tout moment et partout où l’on se trouve, à l’intérieur comme à l’extérieur.

Transformation et guérison ~ La pleine conscience n’apaise peut-être pas notre immense douleur en toutes circonstances. Mais elle ouvre plus largement ses bras pour recueillir tendrement et connaître intimement notre souffrance en toutes circonstances, ce qui s’avère transformateur et curatif.

Même le présent le plus court est à la fois une manière de pénétrer le présent et de poursuivre son chemin >>

Les escaliers de la pleine conscience

Ce soir, je vous propose un exercice de pleine conscience que vous pouvez pratiquer chaque jour, pour peu que vous soyez confrontés à des escaliers durant votre journée : que ce soit chez vous, au travail, dans la rue (dans le métro, c’est moins feng shui mais bon, why not)…

Il s’agit tout simplement, quand vous montez ou descendez les escaliers, de prendre votre temps (bon, ok, le métro c’est pas une bonne idée). Ne vous pressez pas, posez un pied sur chaque marche, ne faites pas comme d’habitude (probablement!) lorsque vous montez les escaliers 3 marches par 3 marches. Prenez le temps de prendre un appui ferme sur chaque marche, et soyez lents, pour une fois (on oublie définitivement le métro) !

Maintenant, quand vous utilisez les escaliers, que ce soit votre pense bête pour prendre votre temps, respirer et marcher en pleine conscience !

Observer le penseur ~ Eckhart Tolle

Nous avons tous un peu ce même problème : on se « fait des films », on s’imagine le pire, on anticipe et s’inquiète de ce qui pourrait arriver dans le futur, on pense à des choses négatives malgré nous, parfois même on a honte de certaines pensées !

En lisant « Mettre en pratique le pouvoir du moment présent » d’Eckhart Tolle, je me suis aperçu que s’il y avait quelque chose à retenir, c’était bien les deux phrases qui vont suivre. Gardez toujours ceci dans un coin de votre esprit, cela vous aidera peut-être comme ça m’a aidée :

<< La liberté commence quand vous prenez conscience que vous n’êtes pas cette entité, c’est à dire le penseur. En sachant cela, vous pouvez alors surveiller cette entité. Dès l’instant où vous vous mettez à observer le penseur, un niveau plus élevé de conscience est activé. >>

En bref, faites attention à vos pensées, sachez reconnaître vos schémas mentaux, ceux qui se répètent peut-être depuis des années (les croyances limitantes, entre autres !). Mais Tolle le précise, ne vous jugez pas, et ne vous attachez pas à tout ce qui se « dit » dans votre esprit : laissez passer vos pensées !

Le demi-sourire ~ Thich Nhat Hahn

Dans son livre Le Miracle de la Pleine Conscience, Thich Nhat Hahn propose des exercices simples pour apprendre à lâcher prise et bien sûr, vivre en pleine conscience. Je vous propose donc deux exercices que j’aime bien, puisqu’ils sont très faciles à réaliser dans la vie de tous les jours. Si vous êtes intéressés par d’autres exercices de ce type, n’hésitez pas à demander !

<< Le demi-sourire quand on est inoccupé : où que vous soyez, inoccupé (salle d’attente, autobus, file d’attente au supermarché, etc.), laissez fleurir le demi-sourire. Regardez un enfant, une feuille d’arbre, une peinture accrochée au mur, ou tout ce qui est relativement tranquille, et souriez. Inspirez et expirez doucement trois fois. Maintenez le demi-sourire et considérez l’objet de votre attention comme votre nature profonde.

Laver la vaisselle : lavez la vaisselle en étant détendu, comme si chaque assiette était un objet de contemplation. Considérez chaque bol comme s’il était sacré. Suivez votre respiration pour éviter que votre esprit ne s’égare. N’essayez pas de vous débarrasser de la vaisselle en vous pressant. Considérez cette vaisselle comme la chose la plus importante de votre vie. Laver la vaisselle est une méditation. Si vous ne pouvez laver les assiettes dans la Pleine Conscience, vous ne serez pas non plus en mesure de méditer en silence. >>

Ici et maintenant ~ Shakti Gawain

Dans son livre Techniques de visualisation créatrice, Shakti Gawain, pour illustrer le principe d‘ici et maintenant, utilise une analogie très jolie et parlante que j’ai donc voulu partager.

Imaginons la vie comme une rivière ; de nombreuses personnes se cramponnent aux berges de peur d’être emportées par le courant mais, à un certain point du cours d’eau, les baigneurs doivent décider de se laisser aller et de faire confiance à la rivière pour qu’elle les emmène en toute sécurité; ils apprennent alors à « suivre le courant » et se sentent très bien.
Lorsque l’habitude est prise de se laisser porter par les flots, la personne peut commencer à regarder devant elle et à diriger sa progression, décidant de ce qui lui convient le mieux, se faufilant à travers les obstacles et les rochers, choisissant parmi les nombreux bras et affluents de la rivière celui qu’elle préfère suivre, mais toujours « portée par le courant ».

Et vous, arrivez-vous à être dans le moment présent ?